Milie Coquille
l'escargotte qui semait du safran sur les étoiles.....

-Dis Milie ! ! pourquoi tu poudres les étoiles de safran ???
-Parce que, tu vois ! ! Il est grand temps de remettre... dans tout ça ! !
De la folie, de la couleur, des épices, il est grand temps de ré enchanter l'univers....

lundi 3 mars 2014

Viens, partons ! Là ! Maintenant (Parce que toutes les histoires ont une fin....)


Chapitre - 7 -

Elle ouvrit les yeux et se sentit complètement perdue. 
Mais... ! ! !
Mais où était-elle ?
Que faisait-elle dans ce lit ?
Et pourquoi y avait-il au mur ces tableaux d'autrefois ?
Quand s'était-elle endormie ?
Elle se souvenait parfaitement qu'ils étaient tous assemblés dans le petit salon. Le feu crépitait, la tarte tatin de Marie était sublime et Constance était prête à leur conter sa vision.
Alors pourquoi et comment se retrouvait-elle là ?
Est-ce que tout recommençait ?
Avait-elle de nouveau perdu une partie de la mémoire ?
Et pourquoi était-elle vêtue de cette nuisette qu'elle portait il y a vingt ans ?
Vite, s'asperger le visage d'eau. Elle fonça dans la salle de bain attenante et fut saisie de terreur, la femme qui lui faisait face dans le vieux miroir piqueté, cette femme c'était bien elle.....mais avec une vingtaine d'années de moins.
Quand elle repris connaissance, le visage inquiet de Jean était tout près du sien.... et.... lui aussi avait rajeuni d'une vingtaine d'années.
-Et bien ma Cousette qu'est-ce qu'il t'arrive ? Tu m'as fait une de ces peurs ! !
Alors, peu à peu, elle comprit qu'elle venait, au cours de cette nuit, de vivre un très mauvais rêve. Jean ne l'avait pas trompé, ses dix huit années ne lui avaient pas été volées, elle n'avait été victime d'aucune agression. Quelle étrangeté ! Elle était pourtant imprégnée de toutes les sensations ressenties durant ce cauchemar comme si elles étaient réalités.
- Ca va aller ?
- Oui oui mais quelle heure est-il ??
- 9 h 30 ma Cousette, je meurs de faim si tu vas mieux, je descends et tu me rejoints dès que... Tu veux bien ? Tu es sûre que tu vas mieux ?
Alors elle eut un sourire radieux
- Mais oui mon Jean ! !  Si tu savais comme je vais mieux, comme je vais bien, comme tout est merveilleux, aller file te régaler des confitures de Marie. Ce matin, j'ai juste envie de me reposer. Attends avant de partir embrasse-moi ! Elle répondit à son baiser avec une telle passion qu'il faillit lui aussi sauter le petit déjeuner, mais déjà elle lui disait.
- Pas d'emballement mon amour la brioche pur beurre de Marie t'appelle.
Elle avait besoin de solitude et d'un peu de temps, alors gentiment elle le congédiait, pourtant, oui pourtant le baiser était prometteur et contrairement à ce qu'elle avait vécu dans ce méchant rêve, il lui faisait toujours un effet terrible son Jean, alors oui elle aurait adoré se rassurer d'un retour total à la normalité de cette façon, mais plus tard, oui ils avaient tout le temps. 
Oui tout le temps..... puisque leur éclatante jeunesse, venait de leur être rendue.
- Humm le choix est rude, Brioche de Courtelaine ou câlin de Cousette ?? Mais es-tu sûre que tout va bien ??
- Oui, oui juste besoin d'un peu de repos...
Il referma la porte sur un dernier sourire et elle se dépêcha de se relever pour filer de nouveau devant le miroir. Là, elle pu de nouveau constater qu'il n'y avait aucun doute. Elle était jeune, jolie, amoureuse et totalement heureuse. Mais ce rêve étrange, si précis, si compliqué continuait de la tarauder. Elle repensa à toutes les émotions terribles qu'elle avait ressenties, à toutes les situations fantasques qu'elle avait cru vraies. Elle n'arrivait pas à se rassurer tout à fait, il y avait quelque chose de si réel dans tout cela. Y avait-il un sens caché ? si oui, lequel ? Heureusement, demain ils reprenaient la route de Compostelle. Ce serait leur dernière destination avant de rentrer à la maison. Cette dernière avait été libérée il y a deux mois et autant ces deux années passées à s'enrichir de rencontres, de découvertes avaient été merveilleuses, autant là, elle sentait une sorte d'urgence qui la poussait à rentrer chez eux. Elle passa la dernière heure à se faire la plus belle possible pour son Jean, hop deux gouttes d'extrait de violette, puis elle descendit les rejoindre dans le parc où le déjeuner était servi. Elle croisa Marie qui lui dit
-Je me dépêche de nouveaux pèlerins sont arrivés cette nuit.
-As tu besoin d'aide ?
-Non non file vite rejoindre ton Jean, il doit se morfondre de toi
Lorsqu'elle arriva vers la grande table dressée pour une dizaine de personnes, Jean était déjà installé et discutait à bâton rompu avec une femme brune qui le regardait avec adoration. Ils semblaient l'un et l'autre d'humeur fort joyeuse, Jean avait le regard qui pétillait et semblait subjugué à tel point qu'il ne la vit même pas arriver. Elle vint se placer près de lui. Au bout d'un moment qui lui sembla une éternité elle entendit sa voix lui dire.
- Tu es là Ma Cousette je te présente le Sénateur Vermet et sa fille Marianne, ils sont comme nous sur la route de Compostelle et se proposent dès demain de faire route avec nous.
En bout de table, Constance dardait toute son attention sur le trio. Elle avait le regard anxieux, Jean était entouré par deux femmes. L'une brune, pulpeuse avait le pouvoir de les détruire, l'autre, très belle mais tellement plus discrète qu'elle était presque effacée par la présence de Marianne, avait le pouvoir de rendre leur vie solaire. Elle connaissait la réalité du danger de cette rencontre pour le couple, alors la nuit dernière elle avait fait la seule chose qu'elle pouvait pour tenter de contrecarrer l'emprise destructrice que Marianne aurait sur eux si par malheur ils se liaient avec. Elle s'était permis d'envoyer un rêve prémonitoire à Brinette. 
A présent, toute leur destinée était dans la réponse qu'elle ferait à Jean.
Celle ci prit son mari par le bras et dit d'une voix douce mais qui ne souffrait d'aucune opposition.
- Viens rentrons, là ! maintenant ! !
- Mais où ?
- Chez nous, oui rentrons chez nous, nous n'avons pas besoin d'aller plus loin, nous avons toutes les réponses, toutes les possibilités, toutes les solutions. Viens rentrons,  là ! maintenant !
Le sourire radieux de Jean fut la plus belle des réponses. Il avait d'un seul coup hâte de retrouver les premières fraises du jardin, les draps de flanelle et le vieux four qui cuisait si bien les tartes tatins...


- Oui tu as raison, rentrons, là ! Maintenant !




Je me dois de te dire, Lecteur que Jean et Brinette sont toujours très heureux.
Ce matin, deux tendres amies sont arrivées dans leur jolie maison pour une visite de plusieurs jours.
Marie la délicate, toujours habillée de châles soyeux et de dentelles anciennes, et bien sur, Constance, la magicienne pétillante vêtue de tenues flamboyantes brodées et surbrodées à l'infini.
Elles sont venues, telles les fées de la belle au bois dormant, déposer leurs plus beaux vœux près des berceaux....
Quels berceaux ?
Mais Lecteur  ceux des jumelles... 
Quelles jumelles ?
Mais Lecteur, les jumelles de Marie et Jean, arrivées avec le printemps
Leur prénoms ??
Mais Lecteur "Constance" et "Marie" et cela....

Cela.... est présage d'une très très belle vie...

16 commentaires:

  1. Je souris Milie... Ne faisons pas de rêve sur le lointain avenir... Endormons-nous sur les petits plaisirs du jour vécu et prenons l'autre soleil qui vient avec le même bonheur d'être deux, merci.... Jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as tellement raison...
      Plein de bisous

      Supprimer
  2. Bonsoir Millie, quelle jolie fin!!! comme je les aime, une grande douceur dans ce monde de "brutes" ouf , cela fait du bien , cela régénère. Merci pour ce beau récit bonne soirée bisous MTH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu sais quoi ???
      Ca existe vraiment les belles histoires et ça ! ! !
      Douce soirée et merci de tes mots
      Bisous

      Supprimer
  3. ah les femmes et leur instinct !!!! au premier regard je crois que Brinette a su qu'il y avait danger ....manque de confiance en elle ?. en Jean ? d'ou rêve prémonitoire...là il faudrait demander a mister Freud !!!mais bon l'essentiel est que tout se termine bien pour Brinette et Jean qui vont couler des jours heureux avec de beaux enfants dans une douce maison couleur rose bonbon....eh oui a la feuillerie toutes les histoires ont une belle fin....alors on en redemande ..Bravo Merci et a bientôt Mapie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que sans ce rêve elle n'aurait rien vu, l'amour le vrai est confiance et c'est normal...
      Les histoires d'amour sont parfois des histoires de souffrance et de trahison..... Et on a bien vu, ce pauvre Jean semblait flatté, même s'il ne pensait pas à mal....l'engrenage...ensuite...
      Mais bon tout est bien qui finit bien
      merci merci d'avoir suivi tout cela
      Belle belle soirée

      Supprimer
  4. Et le printemps revient!!!
    Quelle douceur exquise que de sortir d'un rêve noir et voir qu'il n'en reste rien... enfin presque rien...

    Désolée de ne pouvoir continuer ce com... un vrai cauchemar vient d'être découvert dans la basse cour... et là , pas de réveil possible
    je reviendrai ... je ferme
    Bisous Milie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les chiens de chasse ont détruit la vie dans le poulailler de mon amie.....
      C'est triste et cela aurait pu être évité.....
      Si les chiens étaient au chenil ou dans la maison les poules seraient toujours au poulailler ! !

      Supprimer
  5. "... rentrons chez nous, nous n'avons pas besoin d'aller plus loin, nous avons toutes les réponses, toutes les possibilités, toutes les solutions." Ca ressemble à un" livre dont vous êtes le héros", un éventail de rêves à combiner, pour poursuivre l'histoire, dérouler la pelote. autant de lecteurs, autant de possibilités........................
    J'écris alors qu'à côté de moi l'accordéon de ma fille souffle ses notes de fête foraine...
    l'amitié et l'affection jouent toujours leur partition!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon ou rancœur ? tarte ou brioche ? Marianne ou Brinette ?
      Découvrir un secret à Compostelle ou découvrir "Le" secret dans le doux de sa vie ???
      Et pour aujourd'hui ???
      Bugnes ou merveilles ???
      Ah ! chut.... Il y a des notes....oui oui c'est cela des notes d'accordéon qui ne laissent à mon cœur que le choix du bonheur...

      Supprimer
  6. waaaah ! quelle chute ! une très belle histoire que tu as faite là ! bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'arrive juste de ta mousse douce ! ! !
      Bravo et merci.....

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Coucou ma Plume.....
      Oh la la il faudra bien un jour, oui il faudra bien que l'on prenne le temps du blabla.... autour d'un grignotage....

      Supprimer
  8. Bravo, j,ai adore....la chute est vraiment superbe, je me suis prise au jeu....merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est adorable ces mots là ! !
      Belle journée....

      Supprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de "Sélectionner un profil", cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier un commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!